Journal de Tini Kerasih 10/04/2022 : Une personne extrêmement laide avec laquelle je me sentais mal depuis très longtemps.

D9 a démarré et je suis une machine à écrire et à penser. Je veux juste purger cette merde. J’adore la sensation d’euphorie après et parce que je ressens les effets de ce comestible, les sensations euphoriques seront doubles. Dieu merci, Dieu merci, Dieu merci, Dieu merci parce que je vais avoir besoin que la récompense soit énorme ce soir.

Je crois comprendre pourquoi mon cousin a fait ce qu’il m’a fait. Cela n’excuse pas ses actions, mais cela les explique certainement. Il est né de deux toxicomanes : mon oncle et une femme du quartier. Mon oncle avait ses propres démons, ce qui est la raison de son abus de drogue. Il a également fait des allers-retours en prison. Je ne sais pas grand-chose sur sa mère, sauf qu’elle était promiscuité et avait beaucoup d’enfants d’hommes différents. Je pense qu’elle a eu 9 enfants au total. Quand mon cousin vivait avec sa mère, elle avait d’innombrables hommes à l’intérieur et à l’extérieur de la maison. Certains des hommes étaient ses petits amis ou certains étaient les pères des frères et sœurs de mon cousin. Ma grand-mère l’a recueilli quand il avait 5 ans. Elle était au courant de ses problèmes. Ma mère a fait de même et assez choquant, la nuit où je lui ai raconté ce qui m’était arrivé, elle m’a dit qu’elle avait rencontré mon cousin dans un acte sexuel avec mon frère, ils avaient environ 5 ans à l’époque, car ils sont presque le même âge. Ma mère ne l’a jamais dit à ma grand-mère. J’étais tellement énervé contre elle ! Pour ne rien dire ! Et puis le laisser rester autour de nous ?! Es-tu un putain d’idiot ?! Comment est-ce intelligent ? !
Ma mère aussi a subi des abus sexuels, de la part de ses deux oncles, les frères de ma grand-mère ! Alors c’est quoi ce bordel ?! N’a-t-il pas réalisé qu’elle avait la capacité d’arrêter probablement de futurs abus ?! Vous savez… je suppose que non. Peut-être qu’elle pensait juste que les enfants étaient des enfants. Je ne sais même pas. Peut-être qu’elle était concentrée sur d’autres choses. Ce n’était pas comme si les temps étaient faciles pour elle à l’époque. Cela n’a aucun sens de se demander même à ce stade, mais pour des raisons de journalisation, je dois simplement sortir cette poubelle. Je me demande parfois si c’est la raison pour laquelle mon frère a enfermé ses émotions. Est-ce pour cela qu’il est comme il est ? Est-ce qu’il s’en souvient ? Est-ce arrivé après cette nuit ? Est-ce qu’il s’en soucie ???

J’ai entendu dire par ma grand-mère que mon cousin avait été battu par certains de ces hommes, même par son propre père, mon oncle parfois sans raison. Et bien sûr parce que sa mère était toxicomane, je suis prêt à parier qu’il a probablement vu des événements sexuels et peut-être qu’il a été agressé par certains de ces hommes ou par ses propres frères et sœurs. Je crois avec confiance qu’il a été agressé. Il était manifestement hypersexuel pour faire ce qu’il m’a fait. Il n’avait peut-être que 6 ans de plus que moi au moment où ça a commencé. Il n’était pas un adolescent plus âgé… il n’était pas à l’aube de l’éveil sexuel. Et le fait qu’il sache faire les choses et les expliquer, ça m’a aussi éclairé.

Ma grand-mère m’a dit qu’il souffrait de SSPT à un moment donné et d’un sentiment de faible estime de soi. Il s’est qualifié de “Crack baby”. Il avait des problèmes à l’école tous les jours. Il agissait et il avait des problèmes pour terminer son travail. J’ai même entendu dire qu’il avait parfois été retenu d’une note. Alors évidemment, son état mental était dans un véritable tourment. Il était probablement très en colère et très confus, tout comme moi. Des années après avoir raconté à ma grand-mère ce qui s’était passé, j’ai repris la conversation parce que je sentais que je devais tout lui dire en raison d’une circonstance impliquant que ma mère contactait ma cousine de manière maternelle. Ma grand-mère ne comprenait pas vraiment. Ça ne faisait que me ronger et j’ai explosé. Je lui ai tout dit, toutes les choses graphiques et elle est restée silencieuse. C’est l’une des rares fois où elle m’a écouté sans m’interrompre. Bien sûr, comme une vraie grand-mère, elle m’a dit d’arrêter de jurer pendant que je racontais l’histoire. “Je suis toujours ta grand-mère.” J’ai roulé des yeux sur le téléphone mais j’ai obéi. Elle m’a dit qu’elle pensait qu’il était peut-être jaloux de moi et c’est pourquoi il a fait ces choses. Je n’en suis pas si sûr. Je pense qu’il vient de voir une bonne victime et a décidé d’agir sur ces envies. La façon dont ma grand-mère parlait de lui, sa voix gonflée d’empathie, ça me dégoûtait vraiment. Puis elle a parlé de ses propres abus, tout aussi franchement que je l’avais fait quelques instants auparavant avec les miens. Pour seulement excuser son frère pour ses actions. « Ouais, nous parlons toujours quotidiennement. Il pourrait me rendre visite bientôt.

J’étais tellement en colère quand elle a dit ça. Je ne sais pas si ma grand-mère essaie d’aller au paradis ou quelque chose comme ça, mais j’ai perdu tellement de respect pour elle à ce moment-là. Jusqu’à ce jour, je crois que cela a changé ma vision d’elle. Maintenant, actuellement, elle parle à mon cousin et lui a parlé, n’a pas manqué un battement. Juste continué comme d’habitude. Je suppose que je ne peux pas m’attendre à grand-chose étant donné que je n’ai jamais dit à toute ma famille ce qui s’est passé. Cela changera toute la dynamique. Et puis je devrai faire face aux questions et aux regards quand je serai avec ma propre famille. les choses sont assez dures comme ça. Donc je ne peux pas attendre grand-chose. Je suppose… C’est vraiment nul quand un abus sexuel se produit comme ça, parce que seule la victime continue à souffrir. Bien que mon cousin n’ait pas la meilleure vie en ce moment (à cause de ses démons qu’il n’a pas surmontés), je suis sûr qu’il n’est pas torturé par les expériences. Ou peut-être l’est-il ? Je ne peux même pas dire. J’en ai même rien à foutre. Il pourrait mourir demain et je prendrais un avion pour Philadelphie pour chier et pisser sur sa tombe en public. Je peux en fait danser après et piétiner dedans.

Quoi qu’il en soit, je n’ai pas cette empathie que ma grand-mère a pour lui. Je n’ai aucune empathie pour lui. Quand j’étais plus jeune, peut-être que je l’ai fait, j’étais très stupide. Je regardais des films de Tyler Perry (un thème commun est l’abus sexuel par la famille) et il y avait toujours quelque chose dans l’histoire sur la force de pardonner à votre agresseur et sur le réconfort que vous pouvez obtenir en le faisant. J’étais si naïve que j’ai mangé et je voulais vraiment que cette consolation me submerge. Alors je me suis dit que je lui pardonnais ses actes. Le réconfort n’est jamais venu et je me suis senti idiot et stupide. C’est pourquoi vous ne pouvez pas regarder les films pour vous apprendre quoi que ce soit. C’est juste plein de merde. C’est juste du divertissement. Tyler Perry devrait arrêter d’utiliser des thèmes aussi lourds s’il ne veut pas vraiment aider son public à les démêler. Il profite juste de notre traumatisme. Et c’est triste étant donné qu’il dit avoir subi le même genre d’abus. Peut-être qu’il est juste un putain de menteur très riche. Je ne crois pas une seconde qu’il soit hétérosexuel.

Non, je n’ai pas d’empathie pour ce sale bâtard. Même s’il a été agressé, violé et battu 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pendant des années, cela ne vous donne pas le droit de transférer ce traumatisme à quelqu’un d’autre que vous êtes un putain de déchet. Je serais un putain de démon égoïste sans valeur si je décidais d’agresser ou de violer quelqu’un. Dès que vous blessez quelqu’un de cette façon, le traumatisme que vous avez vécu n’a plus de sens. Putain, personne ne s’en soucie. Cela explique seulement vos actions, il n’y a pas de si et ou de mais. Contrairement à ma stupide grand-mère qui excuse ces conneries. Quelque chose ne va pas dans sa tête, je le jure devant Dieu. Et ça me rend si triste qu’il ait trouvé ça correct de faire ce qu’il m’a fait. Parce que jamais dans les années d’abus dont j’ai été victime, je n’ai jamais pensé à le faire à quelqu’un d’autre. Je n’ai même jamais eu l’envie ou la pensée. Cela n’a jamais été une question pour laquelle j’ai été confus. Le traumatisme est contagieux et ruine sa vie. J’ai perdu tellement de temps et de plaisir à cause de cette merde. 30 ans, c’est encore jeune, mais imaginez comment j’aurais pu être quand j’étais plus jeune sans ce nuage au-dessus de moi.

Il y a eu des moments dans la vingtaine où je me suis jeté sur les hommes parce que j’étais tellement dégoûté et déçu par moi-même, je voulais juste que quelqu’un m’aime. Je ne voulais pas être seul. Je détestais vraiment être seul. Tellement ironique étant donné que j’étais tellement introverti. J’étais si confus et si stupide et si malheureux.

Mon cousin, noir comme la nuit, grand, extrêmement maigre, de grands yeux d’insecte, un long nez rauque comme un calmar, de grandes lèvres laides. Grandes mains, peau bosselée et boutonneuse. Il sentait drôle. Il avait de l’eczéma. Son hyène rit. Sa vilaine voix stupide. Ce putain de visage. J’éviterais des mecs comme ça au lycée mais en même temps, attiré par eux. Ça m’a rendu malade à mon putain d’estomac. Il y a eu des moments où je me suis masturbé quand j’étais enfant avec son visage dégoûtant et sa grosse bite laide en tête, ces souvenirs, je ne peux pas sortir les pensées, je ne peux penser à rien d’autre, je pense à toi, parce que mon corps foutu vous associe au plaisir. Je te déteste. Je ne suis pas le dégoûtant, putain tu l’es, putain de putain. Si tu n’avais pas fait ce que tu as fait, je n’aurais pas besoin de consigner ces bêtises. Je n’aurais pas besoin de purger. Je n’aurais pas eu besoin d’envisager une thérapie et de dépenser tout cet argent que je n’avais pas de ma poche. Je n’aurais pas besoin de planer. Je n’aurais pas eu besoin de me demander si j’étais vierge à 16 ans. Je n’aurais pas eu à pleurer après avoir vécu un orgasme intense et explosif avec toi dans ma tête et à me sentir comme une sale merde après. Je n’aurais pas besoin de réfléchir à la façon de démêler mes pensées merdiques mais normales à cause de cette merde. Je ferais n’importe quoi d’autre. Je ferais de l’exercice en ce moment. Depuis que j’ai commencé cette merde de journalisation, j’ai arrêté de faire de l’exercice. Je ne m’occupe plus de la santé physique, je choisis de soigner ma santé mentale. Que tu as merdé. Tout ça parce que tu ne pouvais pas garder tes putains de mains de malade contre toi. Va te faire foutre et j’espère que tu mourras putain, putain de gâchis pathétique inutile et triste de l’espace crétin dick monstre bâtard. Va te faire foutre et j’espère que tu mourras d’une mort lente et humiliante.

Je suis peut-être amer mais tu n’as rien arrêté. Je me suis mariée avec un homme bon, intelligent et responsable bien ajusté (pour la plupart) malgré le traumatisme et les conneries et les sentiments intenses de honte et de solitude et d’insécurités sans fin. Je gagne bien plus d’argent que tu ne pourras jamais compter physiquement, espèce d’enfoiré. Je suis toujours allé à l’école et j’ai obtenu des diplômes que je n’utilise même pas. Je suis un bien plus grand succès que vous ne le serez jamais. Je peux me baiser moi-même et mon mari maintenant AVEC CES PENSÉES DE CE QUE VOUS M’AVEZ FAIT À RÉPÉTITION PENDANT DES ANNÉES dans ma tête et ils ne me dérangent pas putain. Je ne suis pas méchant, je ne suis pas dégoûtant. IM UN TRAVAIL EN COURS. Je ne pleure plus après avoir joui maintenant, je souris et je ris et je le fais encore et encore et encore et je continue ma putain de vie. Tu n’es rien. Vous êtes exactement ce que vous pensez être, des DÉCHETS et un perdant. J’ESPÈRE QUE TU MEURS.

Journal de Tini Kerasih 09/04/2022 : Effets de l’exploration de mon traumatisme

Je suis vraiment satisfait des progrès que j’ai réalisés dans la journalisation. Cette introspection constante a été très bonne pour moi à bien des égards. C’est peut-être arrogant ou naïf de ma part de le dire si tôt, mais j’ai l’impression que toute cette colère, cette incertitude, cette honte, cette culpabilité et ce désespoir que j’ai ressentis pour mes abus sexuels et mes habitudes par la suite… J’ai l’impression de les avoir surmontés en juste une question de jours parce que je me suis forcé à explorer et à affronter de vilaines vérités. Je l’ai fait de manière logique – je ne me suis pas bavardé ou j’ai juste dit des platitudes vides, cette merde stupide. En fait, j’ai dit des choses que je détestais dire, je les ai dites parce qu’elles étaient vraies et que je devais y faire face. J’ai reconnu les choses que je ne voulais pas, je les ai mises en lumière et je les ai simplement acceptées et cela m’a vraiment aidé. Cela et en fait la recherche de ressources sur les abus sexuels et leurs effets. Tant de choses que j’ai remises en question, tant de choses auxquelles je n’avais pas de réponse. Je les ai maintenant. Je me comprends plus. Il y a des choses à l’intérieur de moi qui sont nées à cause des vilains abus que j’ai subis, mais de belles choses que j’ai faites miennes en sont ressorties. C’est tellement banal de le dire comme ça mais c’est le plus juste.

Donc, les effets de l’acceptation de ce qui m’est arrivé et de la façon dont je l’ai traité. Je connais maintenant la liberté sexuelle après avoir affronté ces démons. Une libido accrue et avide dans tous les sens. Je regarde tous les types de porno maintenant, même le genre tabou. Le genre qui me dérangerait, me mettrait mal à l’aise, me ferait me sentir dégoûtant. Je les regarde sans problème. Et parfois, je VEUX les regarder. Je veux avoir beaucoup plus de relations sexuelles avec mon mari, que je jouisse ou non. Je veux me masturber et regarder du porno, que ce soit satisfaisant ou non. Je veux vraiment me toucher, je ne me retrouve pas à atteindre la balle. La dernière fois que je me suis touché/stimulé, c’était il y a peut-être dix ans. Dès que j’ai pu m’offrir un vibromasseur, j’en ai acheté un. C’était à peu près au sommet de ma liste une fois que j’ai obtenu mon premier emploi. Je détestais me stimuler parce que cela faisait partie de l’abus, il m’a pratiquement appris à me masturber et me forçait à me toucher devant lui. Il me posait des questions et me faisait le regarder en face. C’était un souvenir que je n’arrivais pas à chasser de ma tête. Ces sentiments, je ne pouvais pas m’échapper, je ne pouvais pas les laisser partir. Je me détestais plus que je ne le détestais même.

Mais maintenant, ça va. Cela ne m’affecte plus de cette façon. J’ai en fait déformé le sens de ces souvenirs à mon propre avantage. C’est difficile à expliquer de manière logique, donc cela doit signifier que j’ai encore de la lecture de déballage à faire, mais je suis si fier de le dire et je suis si heureux de pouvoir presque me sentir comme une personne ordinaire quand je suis intime avec moi ou avec mon mari. Il y avait des moments où il voulait avoir des relations sexuelles et je le voulais aussi, mais je ne voulais tout simplement pas ce sentiment sale. Je ne voulais pas que ces souvenirs reviennent et gâchent tout. Alors je trouverais une excuse. Mon mari, étant si raisonnable et compréhensif, me faisait juste un câlin et disait que ça allait. Dieu merci pour lui.

Maintenant, je veux être intime toute la journée à peu près. Les premières heures de ma matinée, je suis restée seule au lit, je me suis masturbée avec du porno et je n’ai ressenti aucune culpabilité. Je me sentais comme une personne normale. C’était si bon… c’était si agréable de ne pas se sentir dégoûtant ou brisé. Mon mari regardait le football dans le salon, donc tout ce que j’avais, c’était toute l’intimité que je pouvais souhaiter. Quand j’étais plus jeune, je ne le savais pas, mais la masturbation était une forme de soins personnels. Je l’ai utilisé pour faire face à la merde dans ma vie de tous les jours. Mais même alors, je ne m’y suis pas adonné autant que je le voulais parce que je détestais ce sentiment après. Je me sentirais coupable de l’avoir fait, puis sale à cause de la façon dont je l’ai découvert. C’était un vilain cycle.

Je dirai que lorsque j’étais en thérapie, ces sujets n’étaient jamais vraiment abordés. Le thérapeute aurait voulu savoir ce qui s’était passé, mais il n’a pas été aussi agressif que moi pour aller à la racine de l’abus. Ils n’ont pas vraiment exploré mes sentiments, ils n’ont pas vraiment mentionné les effets des abus sexuels. Et vous penseriez que ce serait quelque chose à aborder immédiatement. Je ne sais pas. Quoi qu’il en soit… Je pense que cela scelle l’affaire. Je ne pense pas que je vais reprendre une thérapie. J’aime vraiment ce que je fais. Et le meilleur de tous, j’aime le fait d’avoir fait cela moi-même en si peu de temps. Peut-être que quand j’étais plus jeune, je n’étais tout simplement pas prêt à aller aussi loin dans mes abus ? Peut-être que je n’étais pas prêt à admettre les choses moi-même. Comme l’hypersexualité… J’étais très hypersexuelle enfant, mais je n’ai jamais passé à l’acte, tout était interne. Je crois que je n’ai pas agi simplement parce que j’étais très introverti et que je savais qu’il y avait une “ligne”. Je voulais être un “bon” garçon. J’entendais ma grand-mère et ma mère parler de ma cousine paternelle qui est à peu près mon faire-valoir, mais elle a également subi des abus sexuels de la part de son frère aîné. Elle était hypersexuelle et ses pulsions étaient externes. Tant et si bien que les gens de la famille le savaient et ils l’ont jugée. Elle est tellement “fraîche”. Elle est tellement “rapide”. Elle est tellement “méchante”. Eh bien, la fille a été abusée sexuellement, espèce d’idiots. Très insensible et très ignorant d’eux. J’ai senti qu’elle avait peut-être vécu les mêmes choses que moi, mais je n’ai jamais rien dit bien sûr. En fait, je ne l’ai pas jugée parce que j’ai fait la même chose juste dans un autre. Quand j’ai découvert ce qui lui était arrivé, je n’ai pas été surpris, je l’ai juste fait mieux comprendre. J’avais juste tellement de questions que j’avais peur de poser ou de chercher pour mon propre bénéfice.

En tant qu’enfant et actuellement, même pour m’endormir, je devrais entrer dans mon “Dreamworld”. Je ne le savais pas alors mais la majeure partie de mon enfance, j’étais un grand rêveur. N’était pas exactement inadapté car j’utilisais l’écriture ou le dessin comme exutoire pour mes créations.
Mes pensées étaient là où j’agissais le plus. Dans mon esprit, j’ai même créé une pléthore de personnages dans des relations imparfaites avec leur propre vie, leurs histoires, leurs goûts et leurs aversions, etc., et c’est extrêmement sexuel avec un amour inconditionnel/éternel comme thème/message général. En vieillissant, les personnages ont vieilli et cela reflétait ce que je voulais le plus dans ma vie : un partenaire qui a un amour éternel et inconditionnel pour moi. C’est peut-être en partie la raison pour laquelle je suis resté si longtemps avec mon premier petit ami alors que je savais qu’il n’était pas “le bon”. Quand j’étais au lycée, j’ai commencé à prendre cela au sérieux et à écrire un “roman” avec mes créations. J’en ai écrit plusieurs, chaque document atteignant au plus 400 pages. J’ai même écrit des petits poèmes aussi. Ma famille savait ce que je faisais, mais ils n’ont pas lu tout ce que j’écrivais. Ils pensaient à coup sûr que j’allais finir par être un auteur quelconque. Ma mère m’a vraiment encouragé à publier ces choses. Si seulement elle savait l’intégralité de ce que j’ai écrit, oh mon dieu. Elle serait hors d’elle.

Je n’essayais même pas d’écrire à partir d’une position de passion ou de choix de carrière. Je n’ai pas lu que beaucoup de livres quand j’étais enfant. Je faisais juste face à des choses que je n’avais aucune idée de vivre. Bien sûr, je n’ai rien dit sur mes abus sexuels, je n’avais pas vraiment le langage pour dire ce qui se passait. M’auraient-ils même cru ? C’était ce dont je craignais le plus. Finalement, j’ai dit à ma mère et à ma grand-mère quand j’avais 18 ans. Cette confrontation s’est produite bien trop tôt. Ça ne s’est pas passé comme je pensais que ça se passerait. J’ai regardé trop de films… J’ai pensé que ce serait comme un grand stand; comme si je pensais que ça arriverait et que je me sentirais mieux. Je me sentais juste pire, je ne me défendais pas comme j’aurais dû parce que j’étais toujours aussi gêné. Et il est simplement resté là, allongé. Dire que je mentais. Que je suis fou. Se moquant de moi. Je crie et hurle, car je n’arrive pas à croire que je dis ce que je n’aurais jamais pensé pouvoir ou devoir dire quand j’étais enfant. Ma mère et ma grand-mère me regardent.
Mon cousin me regarde et il me fixe. Il dit qu’il ne s’en souvient pas. Ma grand-mère le défend un peu en ce moment, “il a bloqué, peut-être qu’il ne se souvient pas.” Elle me dit alors qu’elle a subi des abus de la part de son frère. Elle avait mon âge, peut-être même plus jeune et son frère avait 16 ans.

Entendre cela était plus qu’incroyable et troublant. Elle a probablement compris ma réaction. Mais elle est aussi facilitatrice.

En repensant à ce souvenir, j’avais l’habitude de me punir de ne pas me défendre comme je pensais devoir le faire. J’étais très vulnérable et fragile. Je pleurais, je ne le regardais pas dans les yeux comme il avait l’habitude de regarder dans les miens pendant les abus. Je n’aurais pas dû reculer ou rétrécir. J’aurais dû dire avec confiance ce qui s’est passé. Mais je comprends parfaitement pourquoi je ne l’ai pas fait. Je n’étais tout simplement pas prêt. Après l’avoir dit à ma mère, le lendemain, elle m’a pratiquement traînée chez ma grand-mère et m’a forcée à lui dire ce qui s’était passé. J’aurais aimé que cela se passe différemment, mais avec le sujet évident, je suppose que ça s’est passé comme c’était censé se passer ?

Quoi qu’il en soit, j’ai beaucoup plus de grâce pour ce moment. Bien sûr, j’ai trébuché. Voir mon agresseur juste devant moi. À ces sentiments sont revenus précipitamment. C’est bon. J’étais si jeune et si indécis. Bien sûr, je ne pouvais pas me lever comme j’aurais dû.

Je ne souhaite même pas retrouver ce moment pour recommencer. Il s’est passé comment il aurait dû logiquement à l’époque. J’avais 18 ans mais le revoir et en parler avec ma mère et ma grand-mère là-bas… J’aurais aussi bien pu avoir 7 ans à nouveau. Bien sûr, si je parlais à ce sale bâtard maintenant, je ne pourrais pas me contrôler, je me précipiterais physiquement vers lui. Rien que d’y penser, ma tension artérielle augmente, je sens ma poitrine se serrer, mon cœur s’accélérer. Je ne pense vraiment pas que je serais capable de me contrôler. ne serait même pas capable de parler, je pense que je commencerais juste à me balancer. L’audace de lui. C’est l’audace qui me rend fou. J’aurais pu aller voir la police après l’avoir dit à ma mère. J’aurais pu en faire une très grosse affaire. J’ai choisi de ne pas le faire, pas pour lui, mais pour le mien. Je ne voulais pas que le reste de la famille le sache. Je ne pouvais tout simplement pas gérer ça. Impliquer les autorités ET le reste de ma famille. Je ne voulais vraiment, honnêtement pas ça. Parce que je lui ai sauvé la vie de cette façon, je pense qu’il aurait dû AU MOINS avoir la décence commune d’admettre ce qu’il m’a fait. Accorde-moi ce respect, imbécile humain. Comprenez que je vous ai indirectement épargné.

Mais ils ne le font jamais. Je doute qu’il comprenne même ce qu’il m’a fait. Mais tu sais. C’est bon. J’irai bien quoi qu’il en soit. J’aurai des relations sexuelles confortables et paisibles ce soir et j’aurai une belle séance solo sous la douche par moi-même plus tard ce soir comme un cadeau pour moi-même.

https://groups.google.com/g/anggi-luna-linklink/c/keoGx153Ebk
https://groups.google.com/g/anggi-luna-linklink/c/WD3QExMRlrI
https://groups.google.com/g/anggi-luna-linklink-updates/c/Sss8DMWIU_4
https://groups.google.com/g/anggi-luna-linklink-updates/c/N-gpAZlTgcs
https://groups.google.com/g/anggi-luna-updates/c/CcfOfieWkeM
https://groups.google.com/g/anggi-luna-updates/c/rvL6mIGcWa0

Journal de Tini Kerasih 06/04/2022 : derrière les événements…

Ce matin après la prière, essayez de consulter la wishlist de zalora… euh, j’ai trouvé des trucs de mec HAHAAHA. ne cesse de me rappeler mon combat pour lui offrir un cadeau !

Dans le passé, quand je voulais lui offrir un cadeau sous la forme d’un sweat à capuche avec le logo de son film préféré au Japon, j’ai essayé de venir au MKG. Malheureusement, le magasin était fermé, j’étais donc confus car le plan A a échoué. alors essayez un autre depstore chez mkg, mais celui avec le logo de son personnage préféré n’est pas là non plus, huhuuhu. Ensuite, quand j’ai demandé au garde de sécurité là-bas, il a dit que le département du Japon était le plus proche du GI, mais je suis paresseux pour aller au GI parce que c’est trop haut hehe. a finalement décidé de le chercher sur zalora, mais le département japonais n’était pas encore là. a finalement fait un autre plan à nouveau, en pensant à ce que le cadeau principal pour lui. Ensuite, j’ai trouvé un sac de Quicksilver qui était plutôt bon et pas de couleur noire. parce qu’il a déjà beaucoup de noir, je veux lui donner une autre couleur. Que la lumière soit même si son grand-père est noir TT..TT.

continuez au cadeau de la branche, car il aime m’écrire pour mon propre cahier hahaha, je sais que c’est vraiment mauvais wkwkwk. Je ne sais pas ce qu’il a écrit ou pas. continuez à lui donner du lait avec son personnage préféré dessus et donnez-lui une cigogne rose pour y mettre un papier ou une photo.

À l’époque où j’attendais qu’un ami passe un entretien à Pluit, il a également pensé à se rendre dans l’un des centres commerciaux à proximité pour acheter ce que je cherchais. mais le problème était qu’à cette époque j’avais fait mon propre plan en achetant des biens sur zalora.

Je suis fier de moi, mes revenus de vente à l’époque étaient vraiment suffisants pour lui faire un cadeau.

ça a l’air bucin, mais personne ne sait comment était ma lutte à ce moment-là. seuls mes proches le savent. Ils savent aussi à quel point j’étais confus lorsque le plan A a lamentablement échoué. merci pour alma, ma soeur et nayu. nayu, merci de m’avoir aidé avec des suggestions de carton !, merci d’avoir cherché les articles que je cherchais, et pour ma sœur, merci d’avoir compris la pièce en désordre lorsque je fabriquais des cahiers, arrangeais des cadeaux et rangeais des cadeaux dans des boîtes , et les conseils qu’il a donnés.

Les gens disent que je ne suis pas difficile du tout, mais ils ne savent pas à quel point je suis mauvais. c’est différent avec les gens en général, c’est différent :(.

bien … c’est un aperçu de la trame de fond de mon histoire pour offrir des cadeaux à des êtres chers.

Je suis curieux des histoires de personnes ayant le même thème hehe..

fourmi

ps. ne signifie pas pour montrer ou un but spécifique. mais comme il s’agit d’un journal, je veux juste vous parler de mes luttes. En déversant tout ce qui est dans mon cœur et mon esprit, ainsi que les choses que j’ai vécues.

Liens connexes :
https://sites.google.com/view/tina-kedasih-site/tina-kedasih-diary-05042022
https://tinakedasihupdates.blogspot.com/2022/04/journal-de-tina-kedasih-05042022-je-ne.html

Journal de Tini Kerasih 04/03/2022 : Je me sens engourdi et nous sommes tous condamnés

Hé,

Je ne sais pas vraiment ce que cette entrée est mais peu importe. Il est 12h30 un soir d’école et je ne prévois pas de dormir de si tôt. Je veux dire, ça a l’air bien mais je ne peux pas me forcer à le faire. C’est trop ennuyeux lol. Bien que je suppose que je m’ennuie de toute façon puisque je suis dans un de mes funks. Par funk, j’entends une humeur où je n’aime rien pendant quelques heures à quelques jours. Génial! J’espère que ce n’est qu’un truc de ce soir parce que c’est généralement nul. Genre, je n’aime littéralement rien. Ne vous méprenez pas, j’aime toujours les trucs, ça me fait juste me sentir aussi bien que d’habitude, tu sais ? Toute ma musique préférée est juste meh. Tous mes amis font juste du bruit, ne parlent pas. Et le pire de tout, rien de ce que je fais n’est ennuyeux. Je veux juste crier ou quelque chose comme ça ! AAAAAAAAAAAAAAAOOOOOGGH !

Ça me fait un peu me demander si quelqu’un que je connais ressent ça aussi. Connaissant mon putain de groupe d’amis, ils le savent probablement tous, mais je suppose que je n’ai jamais demandé. Et vous savez, je leur demanderais probablement, mais et s’ils pensent juste que je suis ingrat ou que je ne les trouve pas intéressants ou quelque chose comme ça ? En réalité, je sais que les chances que cela se produise sont faibles, mais c’est déjà arrivé. Et je sais qu’une mauvaise expérience n’est pas une excuse pour être dramatique mais merde. Aux alentours de l’automne dernier, j’étais peut-être en promenade avec ma mère. Des trucs assez normaux mais mon cul d’idiot se sentait émotif alors j’ai décidé de poser une question à ma mère. Je lui ai demandé si elle avait déjà eu l’impression de passer d’horribles vacances. Comme une grande partie horrible de la vie est temporaire et elle disparaîtra après un certain temps, mais elle ne disparaîtra jamais. Des trucs comme ça, juste épancher mon cœur. Et tu sais ce qu’elle dit ? Elle dit non et me demande ensuite si je ne suis pas content de ma vie. Elle a pensé que j’étais ingrat et m’a demandé si je voulais qu’une nouvelle famille soit mise en adoption. Comme, qu’est-ce que tu penses maman? J’ai juste dit non, tant pis, et c’était la fin. Yay…

Désolé si cette entrée est un mot vomi au fait, comme je l’ai dit, il est maintenant 1h00 du matin un soir d’école et j’ai de la musique que je n’aime même pas faire exploser dans mes oreilles si fort que je ne peux pas entendre mes propres pensées, alors oui. J’ai eu recours au thème de la garderie FNAF parce que c’est si simple qu’il ne noiera pas complètement mes pensées. Ce sera bientôt fini mais au moins j’ai essayé. Lowkey cependant, c’est plutôt bon. Genre, quelque chose que j’écouterais sans ironie… Bien que je suppose que c’est ce que je fais en ce moment donc vous le savez déjà. Tu veux entendre la playlist que j’écoute rn ? C’est une confiture, même quand vous vous sentez engourdi. Voilà! Ce n’est pas pour tout le monde, mais personnellement, j’y reviens sans cesse, donc ça doit être bien, non? J’adore ces listes de lecture pré-faites sur youtube. Ils ont toujours de la bonne musique qui suit un thème et c’est un moyen incroyable de trouver de nouvelles musiques. Ces choses sont mon obsession. J’ai une liste de lecture de ces listes de lecture. Je mettrai le lien si ce n’est pas privé. Tu sais, je pense que c’est privé mais bon. Je sais que c’est du vomi de mot, je suis désolé, lire ceci doit être un mal de tête. Je ne me souviens même pas de 99 % de ce que je viens de taper. Putain d’engourdissement !

En repensant à ce que je disais auparavant, mon groupe d’amis est foutu. Je ne sais pas si quelqu’un d’autre le remarque, mais je remarque définitivement que tout le monde est au moins un peu malade mentalement. Ce n’est probablement pas la meilleure chose à faire (il doit y avoir une raison éthique pour laquelle je ne devrais pas faire ça et ça me semble juste illégal) mais je vais écrire ce que je pense être avec mes amis parce que je n’ai rien de mieux à faire.

La première est Olivia. L’anxiété à travers le toit. Je sais par expérience qu’elle réfléchit trop. Et je sais aussi qu’elle avait l’habitude de réduire ses dépenses en 5e année. Il s’agissait d’environ trois coupures, chacune d’environ un pouce de long et pas très profonde. J’ai toujours ce jour enraciné dans mon esprit, en plus j’ai une vieille entrée de journal dessus. Elle m’a envoyé un texto me demandant si je pouvais garder un secret et j’ai immédiatement eu une idée de ce qu’elle allait dire. C’était juste un pressentiment, tu sais ? Elle a dit qu’elle s’était fâchée contre son amie et qu’elle s’en était prise à elle-même. Elle a dit que ça ne faisait pas mal mais je savais que ce n’était pas bon. Je lui ai demandé de m’envoyer une photo pour être sûre et oui, elle était sérieuse. Je lui ai fait promettre de le dire à ses parents et je lui ai fait promettre de ne plus jamais recommencer. Autant que je sache, elle a suivi les deux alors allez Olivia! Une dernière chose, adhd. Elle était parfois très obsessionnelle, à propos de beaucoup de choses aléatoires. Ce n’est pas grave, nous l’aimons quand même. ❤

Le suivant est Vinny je suppose. Pour lui, je ne suis pas aussi sûr. Il a définitivement une certaine forme d’anxiété et je sais qu’il va chez un thérapeute, donc il y a ça. Il a également mentionné qu’il écrit dans un journal, mais je ne sais pas à quel point il est minutieux ni quand il a commencé. Je doute qu’il écrive des essais comme moi, mais c’est un enfant émotif, alors peut-être qu’il le fait. On ne sait jamais. Je pouvais totalement le voir faire ça, mais encore une fois, il ne semble pas être du genre à rester assis pendant une heure ou trois, donc je ne sais pas. Je pense qu’il souffre d’anxiété sociale. Un besoin d’être perçu comme cool ou accepté (ce que je suis terrifié pourrait être mon fait). Il a des tonnes d’amis et est sacrément extraverti, mais plus je le regarde, plus il devient convaincant. Je pourrais cependant donner un sens aux coïncidences. À part le fait qu’il dise ouvertement (bien qu’en plaisantant) qu’il souffre d’anxiété, j’ai également pris note de quelques autres choses. Comme au laser game, nous marchions de la pièce où ils nous ont donné les instructions pour aller dans la pièce avec les gilets que nous devions porter. J’ai dit quelque chose comme “nous n’avons encore rien fait et je suis tout tremblant” et il a dit quelque chose comme “ouais, moi aussi”. De plus, je sais pertinemment du club de théâtre qu’il se ronge les ongles et s’arrache les cheveux lorsqu’il est stressé. Il pense définitivement aux choses après qu’elles se soient produites aussi parce qu’il a évoqué cette fois où je lui ai crié dessus pour avoir perdu 45 minutes de mon temps à planifier une marche jusqu’à la station-service, il n’était même pas autorisé à continuer comme un mois après que cela se soit produit. Il en parlait juste au hasard en disant à quel point c’était drôle, mais cela signifie toujours qu’il y pensait. Dieu, regarde-moi, je réfléchis trop, mes amis réfléchissent trop. Amusant. Mais une dernière chose, c’est qu’il ne m’a pas dit/à notre groupe d’amis/à qui que ce soit (selon celui dont vous parlez) qu’il sortait avec Olivia ou Athéna. Apparemment, il n’a rien dit parce qu’il pensait que les gens seraient impolis à ce sujet. Peut-être que c’est juste moi, mais cela ressemble à de l’anxiété sociale si je l’ai déjà entendu.

Après cela, nous avons Riley. Ils sont assez évidents pour autant que je sache, juste de l’anxiété. Ce n’est pas exactement comme le mien où je ne réponds même pas aux SMS, mais elle n’aime toujours pas parler aux gens et saute régulièrement des trucs amusants avec des amis. Elle craint de prendre des décisions et n’est généralement qu’une introvertie. Ce n’est pas grave, nous pouvons être introvertis ensemble, c’est pourquoi je suis ami avec eux.

Maintenant, c’est Michel. Je pense qu’il a besoin d’être vu comme cool (comme Vinny) qu’il veuille l’admettre ou non. Je ne sais pas pourquoi je pense ça, mais je le pense. C’est quelque chose à voir avec son incapacité à tenir des conversations. Toutes les cinq secondes, il récite un mème ou si c’est par SMS, il envoie un mème. Je suis également sûr qu’il était gêné par son incapacité à faire du roller. On finira par arranger ça 😉

Enfin, c’est Kiarra… Je ne suis pas sûr d’elle. Elle me semble bien. C’est probablement parce qu’elle est hétéro Xb. Jkjk, tant mieux pour elle. Poursuivre les garçons, entrer dans le drame et ne pas être super déprimé. Ou peut-être qu’elle l’est, idk. J’en doute mais on ne sait jamais.

Et cela conclut ma diatribe sur les états mentaux de mes amis. Tout le monde est secrètement (ou pas si secrètement) un imbécile sauf Kiara qui choisit simplement d’ignorer tout le monde qui meurt à l’intérieur. Yay… Je vais dormir maintenant, il est 14h30 TUT. Au revoir !

~ Monsieur

Lien connexe :
https://sites.google.com/view/tina-kedasih-site/tina-kedasih-diary-03042022
https://tinakedasihupdates.blogspot.com/2022/04/journal-de-tina-kedasih-03042022-mme.html

Tini Kerasih Diary 05/02/2022 : Disgusted with a particular sub on Reddit + Revisiting Friendships.

I spend a lot of my time on Reddit and maybe it’s time for a break…because I’m flat out disgusted with the blackladies subreddit. It’s a toxic ass place, with some bitter women with a heap of personal issues – not wanting to seek change, they just want to continue being really vicious with a chip on their shoulder. Some of them are hostile as fuck against black men. A black man (God forbid they admit they are a man) can comment on a topic, nearly any damn topic, and next thing you know, they are attacked with blanket statements. For example, if a user posts a topic about taking care of their hair, or getting familiar with products for their hair texture, someone may comment, “what do you know about a black women’s natural hair? You black men only care about our hair when it’s bone straight with a perm and even then, you’ll have something to say about it.”

This is a very true statement of course…some black men are just judgmental, sexist, shallow bastards and they actually think all the things a black woman do should cater to their preferences and beliefs…it’s fucked up and beyond infuriating, this entitlement that these men tend to have. HOWEVER, for these women to just attack this dude for commenting when they don’t know jackshit about him but his gender, is wrong too. Whenever you are arguing with someone, we all know generalizations make your point moot, so it often goes without saying. Yet most of the women in this subreddit ignores this rule and just start going for the jugular should a user admit he is a black man or if his profile is telling of this fact. Obviously, these women do this because it is the internet. We all know anonymity makes people comfortable and honestly, it may feel so damn good to say this shit to this black man on Reddit when maybe they didn’t say it when it really mattered i.e., in real life situations. This could be their own sick form of therapy… making up for lost time just lashing out and forgetting what they wrote the next day.

Although I’m angry at such mean ass behavior, I sympathize with these women because they are deeply hurt and they feel no one truly cares, whether it be in their personal life and/or their respective societies overall. The topics in that subreddit can be fuckin tough to read because well, being black is a tough experience. I could have easily been like those women in so many ways, but I just refuse to let my feelings of inferiority make me do something as silly as that on a daily basis. I was bitter in my own ways – still am. But all that bitterness and hatred is mostly directed towards myself only, I never lash out or try to ruin someone else’s day. I’m trying to change and I desperately want to. Some of the women I see in that subreddit, I don’t think they want to change because they do the same thing every day…Maybe it isn’t that they don’t want to, they don’t know how to…I’m getting annoyed that I even care this much to spend my time writing on this now. I’m exhausted and shouldn’t try so hard to understand or even care about what people do on the internet. It’s their business. At the end of the day, they are strangers on the internet and although it’s easy to judge, I really shouldn’t as I don’t know wtf they go through offline.

I joined that sub obviously because I’m a black lady and I wanted to have yet another sub to feel a sense of “belonging”. Butttt, I’ve never felt that sense in every day life. Pretty sure it isn’t a shock to know where this is going. I went to all black public schools up until high school. I had no self awareness back then; I was such an innocent child and naturally weird. Shy, timid, quiet, a bit dorky and introverted on top of all that. I was considered “gifted” or “smart” by my teachers and peers so I feel like that put a target on my back too. I was bullied throughout the years, sometimes really, really bad, like beat up bad.. I remember thinking when I moved up a grade, “who is going to be this time?” Like, I just came to expect this shit and worst of all, I never fought back. I never said anything. I was so passive and submissive. This fact hurts me more than the bullies, really. At the end of the day, I didn’t even have MY OWN back. It’s a very sad thing to look back on but I will revisit these traits and explore further how much they affected me.

Some teachers saw these events, especially in elementary & middle school and nothing was done. Of course, I didn’t “tell” on the bullies in an effort to conserve whatever little dignity I had left. I was just embarrassed plain and simple. I didn’t say anything to anyone, but my classmates knew and saw. I would laugh it off or pretend I was a part of the joke. They knew I wasn’t. I’m sure they pitied me and I did too. I didn’t tell my parents because again, black child being bullied, if anything, you’ll face more shame at home. So I just constantly endured this throughout the years and little did I know, I internalized it so much and began to see myself as a victim for so long. (I used much harsher words, believe me.) I’m a full grown adult with very vivid memories of what happened in elementary and middle school. I don’t even remember the “good” moments a whole lot. Even with the bullying going on, my grades, attendance and behavior still was damn near perfect. Looking back on it, maybe those dumbass teachers thought I wasn’t suffering as bad since there were no other outward signs. All in all, they were careless assholes.

High school wasn’t as bad and I actually stood up for myself in some moments. Other times, I did step down from fights and altercations. The times I stepped down were against “popular” girls who had boatloads of friends. These girls were, surprise, black. I knew I couldn’t win against those girls, because they would either jump me after school or just make my life IN school a living hell. Looking back on it, I understood my fear but I deeply regret not standing up. Even if it resulted in me being driven to the hospital in an ambulance, I wish so hard I could go back and just stand up to those bitches. Show them they can’t treat me however the fuck they want just because I was quiet and different. Had I stood up for myself in every circumstance I needed to, I would probably be a professional boxer or MMA fighter currently because that’s how many times others picked on me. Sometimes I wonder how I would be now if I stood up for myself 100% of the time. That’s a scary thought lol, because I would probably be dangerously confident and competent in every way I can imagine.

In high school, I was awkward, edgy and angsty as hell. No surprise. Life at home wasn’t the best in this time and you could look at me and come to that conclusion as well. My high school was a predominantly white catholic school in the suburbs aannnndddd ohhh, my godddd, it was an ALL GIRLS SCHOOL. My worse fuckin nightmare come true as all of my past bullies have been girls.
You would think because I was awkward/eccentric/dorky etc., I would somehow find my tribe and thrive in this predominantly white school due to the stereotypes you see on TV…

NOPE.

I was weird and generally disliked there as well and my friends (handful of them) would be considered the outcasts, whether they were “the school slut”, “the smelly girl” and other “weirdos“. We just bonded together for the sake of survival. Long story short, I wasn’t a good friend to these girls at all. I would look back at these memories and feel like a straight solid bitch. I would say to myself, “of course no one likes you, you are a bitch. cold, uncaring, spoiled and moody.” Those insults didn’t scratch the surface of what was really happening at the time: I didn’t know how to be a proper friend to these girls. I felt at one point they cared about me, but I did not care about them.

It wasn’t that I was a sociopath or anything. I didn’t know how to be a friend because I obviously never had a black girl (let alone girls of other races) as a genuine friend. On top of having social anxiety, I always felt on edge as just a natural response because of the bullying. It’s embarrassing to admit but I honestly think that was the reason and it would explain friendships prior to and beyond high school that just did not work out – I believe I was mostly to blame because I did not recognize I had a problem in varying degrees. Having friends wasn’t even on my priority list. Instead, I was more interested in finding a boyfriend. It wasn’t that I was wild or eager to be sexually active, I just romanticized having a relationship…having that one person that understood you and would be there for you unconditionally….that was what I was pursuing. I had the idea that I wasn’t completely whole, I needed someone to give me validation and make me happy. This incredibly naive thinking got me in a lot of trouble as I found my first boyfriend (lasted 8 years – WAY TOO LONG) in high school – next door actually, as there was the neighboring all boys school just a few feet away.

To get back to my traits – passive and submissive. I was sexually abused by a teenaged family member from the ages of 7-12 years old. I feel like that experience may have cemented those traits in me. It’s easy to abuse a child, you threaten them or hit them to do what you want and that’s what I experienced. There were times I would resist, get fed up and ask questions “why are you doing this to me?” “why do you wanna see this?” “NO.” and it wouldn’t matter. It was like I was taught that what I wanted did not matter and maybe that is when the self-hatred and low self esteem began honestly. Like, hey, “of course you don’t matter” or “of course this happened to you” because that experience instilled in me feelings of worthlessness and submissiveness. Maybe. I’m still fine-tuning that idea. But I do believe it is related.
As a child, you are already powerless so it’s kinda hard to outgrow that mindset when you get older and especially when you are so set in your ways of not resisting anyways. When I look back on those memories, I’m incensed, not at my abuser but at myself mostly. I blamed myself for so long. “Why didn’t I just tell someone” “I’m so stupid, I’m so weak.” This is unrealistic and callous thinking.

I was a FUCKIN CHILD. Shy as shit and timid as a churchmouse at that. Abusers usually are able to keep abusing because they choose the right victim. My cousin knew me very well to know I wouldn’t say anything as long as he threatened or hit me etc. He knew my characteristics. He is the ABUSER. That’s what they literally do!!! Extroverted, loud ass kids normally don’t get abused because they SPEAK. They want to be HEARD! So, no. I no longer blame myself for that shit. I can’t change the blueprint of who I am and was as a child. I’m not blaming myself for shit anymore. He should have left me the fuck alone period. We’re family. You stupid nasty dickhead. Why would you do something like that to your fucking FAMILY?!
Funny how I just used that word, because after that experience and many others, “family” is literally just a word to me. It holds no meaning. But for sake of healing, my point still stands: You don’t do that shit period and you especially don’t do that creepy, perverse, depraved humiliating shit to family.

Coming back to present time and my feelings on the blackladies subreddit…I recognize I still have those feelings of not knowing how to be a great friend and still having this heightened response to some black women, usually the ones that are extroverted and confident because surprise, those were the traits of my bullies. All very loud, seemingly confident girls. Some bigger than me too. These feelings are complicated; envy, admiration, hatred, rage, and fear. My feelings and perception is ironic considering if one was really confident, they wouldn’t have to bully others to feel better about themselves – I whole heartedly understand this now – Even though these feelings remain, I think to get over this insecurity, I have to remind myself of that fact and venture out to functions for black women to create positive memories and experiences. Maybe that’s the true reason I joined that subreddit…a small attempt to get over this insecurity because in a world with covid, it’s hard to meet new people. Overall, I need to remind myself that this feeling is an insecurity. It’s rooted in fear, a conditioned response. Feelings are not facts.

Tini Kerasih Diary 04/02/2022 : Semi-High, Semi-Sober Thoughts & Self Reflection

I just happen to find this online journal website and I’m shocked I didn’t find it before. Or think to google it. It’s not a “stoner” cliche: when you’re “on a cloud”, you do turn into a genius. A genius in that, you learn to actually process things thoroughly as opposed to thinking quickly for no reason, as I usually do. I think what make geniuses so intelligent and impressive is because they are able to actually utilize their brain. They just acknowledge a problem, observe some solutions and try them out to see what works. I’ve been by teachers, professors, other smug adults that we only use 10-20% of our brain, meaning we have so much potential locked inside just waiting to be released. I tend to think sooo quickly, I breeze right by the most obvious answer. I’m a genius right now even though my IQ didn’t increase an iota. Thank god for D9, I’ve finally found something to give myself a break from my mind. My own little secret. It feels nice to have something to myself for the most part, though I would like someone to speak to while I’m “on a cloud”. Makes things interesting. One day I shall experience psilocybin and hopefully have another breakthrough. Those are always fun and such a cheaper route than therapy.

I had a random thought today in the shower. It wasn’t an epiphany since I already kind of knew this but, it turns out I’m not over all the shit I experienced when I was a CVT. I’m not even sure if the scummy, nasty people in that field gave me trauma, or if I traumatized myself since I am so intensely hard on myself. The worst thing in my mind at the time was to not be perfect, which is an impossibility. Of course, didn’t stop me from trying. I think I knew deep down I chose the wrong career but I was too stubborn to not see it through. Though there were knowledge and skills I enjoyed learning and honing, I did not like the dynamics of this field. I did not like all the sacrifices I had to make only to endure constant emotional stress and wonder if I would have my 30 minute lunch break in my 14 hour shift. I thought those sacrifices would make me happy, instead it just made me bitter. At that time, I placed my value as a person in how hard I worked; You work hard, you feel good. You work hard, it means you’re good at something. You work hard, it means you love something. You work hard, it gives you confidence. What a cute fool I was.

Ugh, just remembering this shit and how I felt I had to be during this time. What a waste of my youth and energy. But truly it’s ok. I was so young during this time and so naive. All I wanted was to “save animals”. I hate typing this corny shit out but this was an actual thought in my head. I got into that field for all the right reasons and I knew how difficult it was going to be, but I wanted that. I wanted to have something else to overcome, I guess. Wanted to prove I can execute such a hard job day in and day out and be happy to do it again and again. As usual, what I needed wasn’t important; I couldn’t even see what I needed. I thought that career would make me happy. I thought it was a NEED. It was just a passionate want in the end. An expensive 40k mistake. I wasn’t happy during that time. Wasn’t happy in any facet at all, so I put all my eggs in that basket only for that basket to go up in flames just one year after I graduated VT school. No question, til this day, I do admire the workers in that field, I fully understand that hard work and that passion…I just don’t understand how they let it kill them. Even when my self esteem was at its very lowest, I wasn’t going to let those fuckin selfish bastards kill me. All that shit I endured, them looking down on me. Me feeling small. Me trying my best and it just not being enough, for whatever reason, I still had a bit of sense to know I had to gtfo of that field or I would end up killing myself surely. And I did gtfo. I quit my last that shitty job in January 2019, spiraled a little bit in self pity and guilt of course. Even asked my mom to 302 me just so I can be free from caring about how badly I fucked up.

Then at my mother’s suggestion, I went into medical coding. The rest is history. I’m proud of how ambitious and resilient I was during that time period. Nothing was going to get in my way of being independent. I was so proud. And looking back on my time as a CVT, I had big ass balls. I did a lot of shit I wouldn’t dare think I could do. I did it. It wasn’t always perfect or seamless but I did it. I hate how some of those memories, and those bad feelings, I hate how they just randomly come back and put a damper on my mood. I realize I give these memories way too much control. They just pile on…

The biggest regret I have as a CVT was not fully advocating for myself and telling those who doubted me or were rude to me, to shut the fuck up and kiss my fuckin ass. I never TRULY stood up for myself in that way and oh boy, oh boy, how I wish I fuckin did. I always wanted to be professional, damn near stoic, but always positive and mature if that makes sense. I wanted to show that I was the “good one”. the “sweet one”. The “mature one”.

Fuck that. Life is too short to act like shit doesn’t bother you and to be mature. I should have told those bitches to fuck right off and walk out of those shitty soul snatching hospitals. 6 months was way too long for me to be there. And I should have spat in the face of that selfish, careless fucker who owned that shitty clinic. He was a big jackass dickhead who cared about no one and nothing as long as they were able to work his shitty hours. Fuck him and I hope there’s a hell for his cold ass.

Because of my time as CVT, going to school for about three years, and working for just one year until I just burnt the fuck out, my family relies on my opinion when it comes to their health of their animals. I told them repeatedly, “I’m not in practice anymore and I don’t read up on this shit. I am not a CVT. Please stop asking me.”

Of course they don’t. They sing my praises and everything. It disgusts me honestly and makes me mad. When I realized they weren’t going to stop, I took on this role of trying to pretty much know everything.. I took it on and stopped resisting. This was the wrong thing to do. There’s that “people-pleasing” behavior in me that I just can’t stand.

It makes me mad because I hate the feeling of that pressure and I hate that they don’t listen after I’ve told them many times. Then I really take an inward look at myself and it’s not entirely just those feelings of not being heard and being pressured that bothered me. I believe at my core, I got so angry because I felt like a failure. Like, “hey! stop asking me shit about whether your dog is sick or not…I’m not a CVT. I crashed and burned! I’m stupid!” (Very mean thing to say to myself and I hate that I said those things for so many years.)

It was like they were picking at an old wound and I just wasn’t sure how it got there. Idk. I think my stint as a CVT was during a time I really did not know myself and I was desperate to find anything to make me happy. Not like I just randomly chose that career, I wanted to work with animals since I was a child. But all in all, maybe it is something I haven’t really healed from. I believe I can eventually heal from it if I begin to assert myself in all facets of my life. Idk, I guess to redeem myself from those moments where I didn’t really stick up for myself.

I used to have such self-piteous thoughts, even dreams about how weak I was and how people just steam rolled over on me. It was like I was punishing myself for not advocating for myself. Because it really bothered me. And you know what, the things I said to myself, the tricks my mind played on me during that time, it’s worse than all the shit I endured by others in that scummy, nasty field. It really is true: you are your own worst critic. If anything, I should have been my biggest advocate instead of my biggest enemy. Ugh. I hate writing this and dredging these memories up but I’m trying to explore myself and get to know myself better so I can be better mentally.

I understand in order to get over this my way, I have to be honest with myself, I have to be kind and I have to accept myself fully. Take responsibility for the things I failed to do and promise to myself to be better. And not on some stupid, fake bullshit. ACTUALLY be better. Physically do things to increase my confidence, the love I have for myself, as I absolutely hated myself during this time, before and absolutely beyond to this current period.