Journal de Tini Kerasih 09/04/2022 : Effets de l’exploration de mon traumatisme

Je suis vraiment satisfait des progrès que j’ai réalisés dans la journalisation. Cette introspection constante a été très bonne pour moi à bien des égards. C’est peut-être arrogant ou naïf de ma part de le dire si tôt, mais j’ai l’impression que toute cette colère, cette incertitude, cette honte, cette culpabilité et ce désespoir que j’ai ressentis pour mes abus sexuels et mes habitudes par la suite… J’ai l’impression de les avoir surmontés en juste une question de jours parce que je me suis forcé à explorer et à affronter de vilaines vérités. Je l’ai fait de manière logique – je ne me suis pas bavardé ou j’ai juste dit des platitudes vides, cette merde stupide. En fait, j’ai dit des choses que je détestais dire, je les ai dites parce qu’elles étaient vraies et que je devais y faire face. J’ai reconnu les choses que je ne voulais pas, je les ai mises en lumière et je les ai simplement acceptées et cela m’a vraiment aidé. Cela et en fait la recherche de ressources sur les abus sexuels et leurs effets. Tant de choses que j’ai remises en question, tant de choses auxquelles je n’avais pas de réponse. Je les ai maintenant. Je me comprends plus. Il y a des choses à l’intérieur de moi qui sont nées à cause des vilains abus que j’ai subis, mais de belles choses que j’ai faites miennes en sont ressorties. C’est tellement banal de le dire comme ça mais c’est le plus juste.

Donc, les effets de l’acceptation de ce qui m’est arrivé et de la façon dont je l’ai traité. Je connais maintenant la liberté sexuelle après avoir affronté ces démons. Une libido accrue et avide dans tous les sens. Je regarde tous les types de porno maintenant, même le genre tabou. Le genre qui me dérangerait, me mettrait mal à l’aise, me ferait me sentir dégoûtant. Je les regarde sans problème. Et parfois, je VEUX les regarder. Je veux avoir beaucoup plus de relations sexuelles avec mon mari, que je jouisse ou non. Je veux me masturber et regarder du porno, que ce soit satisfaisant ou non. Je veux vraiment me toucher, je ne me retrouve pas à atteindre la balle. La dernière fois que je me suis touché/stimulé, c’était il y a peut-être dix ans. Dès que j’ai pu m’offrir un vibromasseur, j’en ai acheté un. C’était à peu près au sommet de ma liste une fois que j’ai obtenu mon premier emploi. Je détestais me stimuler parce que cela faisait partie de l’abus, il m’a pratiquement appris à me masturber et me forçait à me toucher devant lui. Il me posait des questions et me faisait le regarder en face. C’était un souvenir que je n’arrivais pas à chasser de ma tête. Ces sentiments, je ne pouvais pas m’échapper, je ne pouvais pas les laisser partir. Je me détestais plus que je ne le détestais même.

Mais maintenant, ça va. Cela ne m’affecte plus de cette façon. J’ai en fait déformé le sens de ces souvenirs à mon propre avantage. C’est difficile à expliquer de manière logique, donc cela doit signifier que j’ai encore de la lecture de déballage à faire, mais je suis si fier de le dire et je suis si heureux de pouvoir presque me sentir comme une personne ordinaire quand je suis intime avec moi ou avec mon mari. Il y avait des moments où il voulait avoir des relations sexuelles et je le voulais aussi, mais je ne voulais tout simplement pas ce sentiment sale. Je ne voulais pas que ces souvenirs reviennent et gâchent tout. Alors je trouverais une excuse. Mon mari, étant si raisonnable et compréhensif, me faisait juste un câlin et disait que ça allait. Dieu merci pour lui.

Maintenant, je veux être intime toute la journée à peu près. Les premières heures de ma matinée, je suis restée seule au lit, je me suis masturbée avec du porno et je n’ai ressenti aucune culpabilité. Je me sentais comme une personne normale. C’était si bon… c’était si agréable de ne pas se sentir dégoûtant ou brisé. Mon mari regardait le football dans le salon, donc tout ce que j’avais, c’était toute l’intimité que je pouvais souhaiter. Quand j’étais plus jeune, je ne le savais pas, mais la masturbation était une forme de soins personnels. Je l’ai utilisé pour faire face à la merde dans ma vie de tous les jours. Mais même alors, je ne m’y suis pas adonné autant que je le voulais parce que je détestais ce sentiment après. Je me sentirais coupable de l’avoir fait, puis sale à cause de la façon dont je l’ai découvert. C’était un vilain cycle.

Je dirai que lorsque j’étais en thérapie, ces sujets n’étaient jamais vraiment abordés. Le thérapeute aurait voulu savoir ce qui s’était passé, mais il n’a pas été aussi agressif que moi pour aller à la racine de l’abus. Ils n’ont pas vraiment exploré mes sentiments, ils n’ont pas vraiment mentionné les effets des abus sexuels. Et vous penseriez que ce serait quelque chose à aborder immédiatement. Je ne sais pas. Quoi qu’il en soit… Je pense que cela scelle l’affaire. Je ne pense pas que je vais reprendre une thérapie. J’aime vraiment ce que je fais. Et le meilleur de tous, j’aime le fait d’avoir fait cela moi-même en si peu de temps. Peut-être que quand j’étais plus jeune, je n’étais tout simplement pas prêt à aller aussi loin dans mes abus ? Peut-être que je n’étais pas prêt à admettre les choses moi-même. Comme l’hypersexualité… J’étais très hypersexuelle enfant, mais je n’ai jamais passé à l’acte, tout était interne. Je crois que je n’ai pas agi simplement parce que j’étais très introverti et que je savais qu’il y avait une “ligne”. Je voulais être un “bon” garçon. J’entendais ma grand-mère et ma mère parler de ma cousine paternelle qui est à peu près mon faire-valoir, mais elle a également subi des abus sexuels de la part de son frère aîné. Elle était hypersexuelle et ses pulsions étaient externes. Tant et si bien que les gens de la famille le savaient et ils l’ont jugée. Elle est tellement “fraîche”. Elle est tellement “rapide”. Elle est tellement “méchante”. Eh bien, la fille a été abusée sexuellement, espèce d’idiots. Très insensible et très ignorant d’eux. J’ai senti qu’elle avait peut-être vécu les mêmes choses que moi, mais je n’ai jamais rien dit bien sûr. En fait, je ne l’ai pas jugée parce que j’ai fait la même chose juste dans un autre. Quand j’ai découvert ce qui lui était arrivé, je n’ai pas été surpris, je l’ai juste fait mieux comprendre. J’avais juste tellement de questions que j’avais peur de poser ou de chercher pour mon propre bénéfice.

En tant qu’enfant et actuellement, même pour m’endormir, je devrais entrer dans mon “Dreamworld”. Je ne le savais pas alors mais la majeure partie de mon enfance, j’étais un grand rêveur. N’était pas exactement inadapté car j’utilisais l’écriture ou le dessin comme exutoire pour mes créations.
Mes pensées étaient là où j’agissais le plus. Dans mon esprit, j’ai même créé une pléthore de personnages dans des relations imparfaites avec leur propre vie, leurs histoires, leurs goûts et leurs aversions, etc., et c’est extrêmement sexuel avec un amour inconditionnel/éternel comme thème/message général. En vieillissant, les personnages ont vieilli et cela reflétait ce que je voulais le plus dans ma vie : un partenaire qui a un amour éternel et inconditionnel pour moi. C’est peut-être en partie la raison pour laquelle je suis resté si longtemps avec mon premier petit ami alors que je savais qu’il n’était pas “le bon”. Quand j’étais au lycée, j’ai commencé à prendre cela au sérieux et à écrire un “roman” avec mes créations. J’en ai écrit plusieurs, chaque document atteignant au plus 400 pages. J’ai même écrit des petits poèmes aussi. Ma famille savait ce que je faisais, mais ils n’ont pas lu tout ce que j’écrivais. Ils pensaient à coup sûr que j’allais finir par être un auteur quelconque. Ma mère m’a vraiment encouragé à publier ces choses. Si seulement elle savait l’intégralité de ce que j’ai écrit, oh mon dieu. Elle serait hors d’elle.

Je n’essayais même pas d’écrire à partir d’une position de passion ou de choix de carrière. Je n’ai pas lu que beaucoup de livres quand j’étais enfant. Je faisais juste face à des choses que je n’avais aucune idée de vivre. Bien sûr, je n’ai rien dit sur mes abus sexuels, je n’avais pas vraiment le langage pour dire ce qui se passait. M’auraient-ils même cru ? C’était ce dont je craignais le plus. Finalement, j’ai dit à ma mère et à ma grand-mère quand j’avais 18 ans. Cette confrontation s’est produite bien trop tôt. Ça ne s’est pas passé comme je pensais que ça se passerait. J’ai regardé trop de films… J’ai pensé que ce serait comme un grand stand; comme si je pensais que ça arriverait et que je me sentirais mieux. Je me sentais juste pire, je ne me défendais pas comme j’aurais dû parce que j’étais toujours aussi gêné. Et il est simplement resté là, allongé. Dire que je mentais. Que je suis fou. Se moquant de moi. Je crie et hurle, car je n’arrive pas à croire que je dis ce que je n’aurais jamais pensé pouvoir ou devoir dire quand j’étais enfant. Ma mère et ma grand-mère me regardent.
Mon cousin me regarde et il me fixe. Il dit qu’il ne s’en souvient pas. Ma grand-mère le défend un peu en ce moment, “il a bloqué, peut-être qu’il ne se souvient pas.” Elle me dit alors qu’elle a subi des abus de la part de son frère. Elle avait mon âge, peut-être même plus jeune et son frère avait 16 ans.

Entendre cela était plus qu’incroyable et troublant. Elle a probablement compris ma réaction. Mais elle est aussi facilitatrice.

En repensant à ce souvenir, j’avais l’habitude de me punir de ne pas me défendre comme je pensais devoir le faire. J’étais très vulnérable et fragile. Je pleurais, je ne le regardais pas dans les yeux comme il avait l’habitude de regarder dans les miens pendant les abus. Je n’aurais pas dû reculer ou rétrécir. J’aurais dû dire avec confiance ce qui s’est passé. Mais je comprends parfaitement pourquoi je ne l’ai pas fait. Je n’étais tout simplement pas prêt. Après l’avoir dit à ma mère, le lendemain, elle m’a pratiquement traînée chez ma grand-mère et m’a forcée à lui dire ce qui s’était passé. J’aurais aimé que cela se passe différemment, mais avec le sujet évident, je suppose que ça s’est passé comme c’était censé se passer ?

Quoi qu’il en soit, j’ai beaucoup plus de grâce pour ce moment. Bien sûr, j’ai trébuché. Voir mon agresseur juste devant moi. À ces sentiments sont revenus précipitamment. C’est bon. J’étais si jeune et si indécis. Bien sûr, je ne pouvais pas me lever comme j’aurais dû.

Je ne souhaite même pas retrouver ce moment pour recommencer. Il s’est passé comment il aurait dû logiquement à l’époque. J’avais 18 ans mais le revoir et en parler avec ma mère et ma grand-mère là-bas… J’aurais aussi bien pu avoir 7 ans à nouveau. Bien sûr, si je parlais à ce sale bâtard maintenant, je ne pourrais pas me contrôler, je me précipiterais physiquement vers lui. Rien que d’y penser, ma tension artérielle augmente, je sens ma poitrine se serrer, mon cœur s’accélérer. Je ne pense vraiment pas que je serais capable de me contrôler. ne serait même pas capable de parler, je pense que je commencerais juste à me balancer. L’audace de lui. C’est l’audace qui me rend fou. J’aurais pu aller voir la police après l’avoir dit à ma mère. J’aurais pu en faire une très grosse affaire. J’ai choisi de ne pas le faire, pas pour lui, mais pour le mien. Je ne voulais pas que le reste de la famille le sache. Je ne pouvais tout simplement pas gérer ça. Impliquer les autorités ET le reste de ma famille. Je ne voulais vraiment, honnêtement pas ça. Parce que je lui ai sauvé la vie de cette façon, je pense qu’il aurait dû AU MOINS avoir la décence commune d’admettre ce qu’il m’a fait. Accorde-moi ce respect, imbécile humain. Comprenez que je vous ai indirectement épargné.

Mais ils ne le font jamais. Je doute qu’il comprenne même ce qu’il m’a fait. Mais tu sais. C’est bon. J’irai bien quoi qu’il en soit. J’aurai des relations sexuelles confortables et paisibles ce soir et j’aurai une belle séance solo sous la douche par moi-même plus tard ce soir comme un cadeau pour moi-même.

https://groups.google.com/g/anggi-luna-linklink/c/keoGx153Ebk
https://groups.google.com/g/anggi-luna-linklink/c/WD3QExMRlrI
https://groups.google.com/g/anggi-luna-linklink-updates/c/Sss8DMWIU_4
https://groups.google.com/g/anggi-luna-linklink-updates/c/N-gpAZlTgcs
https://groups.google.com/g/anggi-luna-updates/c/CcfOfieWkeM
https://groups.google.com/g/anggi-luna-updates/c/rvL6mIGcWa0

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s